Qui se cache derrière ces noms d'oiseaux??

Avant toutes choses, Pigeons & hirondelles, c’est une question de partage. C’est l’histoire d’un groupe d’amis artisans, designers et artistes qui partent d’un constat : vivre de son art ? C’est chaud… Mais c’est plus excitant à plusieurs!

 

Alors, oui, ça fait un peu discussion de fin de soirée. Mais les jours qui ont suivis, on a décidé de passer à l’action.

Dans le lot il y avait des verriers, des plasticiens, un forgeron, un tapissier, un laqueur, un vitrailliste, une désigner textile, un charpentier, une illustratrice et chacun avait des compétences parallèles. Nous nous sommes rencontrés en formation « Concepteurs créateurs » au Cerfav, destinée aux créateurs qui se professionnalisent. Et, comme toujours dans les écoles d’arts, ce qui nous a le plus apporté, c’est les échanges avec les autres élèves.
Nous avons créé Pigeons & hirondelles en 2013 pour garder cette émulation après notre formation et mutualiser nos savoirs. Pour échanger nos bons plans et retours d’expériences. Pour profiter des savoir-faire des autres aussi.

Petit à petit, nous avons agrandi le réseau, les compétences, et les outils.

Moi je suis Leslie. Je suis Directrice Générale et je gère le projet depuis qu’il est dans l’oeuf. Cette même année 2013, j’ai participé aux ateliers du 100, un établissement parisien social et solidaire qui m’a donné les bases juridiques, comptables et  communicationnelles pour gérer une asso ou un collectif. Et j’ai pris pour la première fois plaisir à faire un prévisionnel. (si si!) Depuis, je me suis formé au marketing digital, à wordpress, au copywriting. J’adapte mes connaissances pour aider les artistes et réconcilier néophytes et amateurs avec les arts contemporains.

Inscrivez vous à la newsletter. On vous donne des conseils, des infos, des bons plans pour les artistes et les amateurs d’art!

L'équipe.

leslie lhussiez artiste contemporain et directrice de Pigeons & hirondelles.

Leslie L. Lhussiez

Directrice

Moi je suis Leslie. Je suis Directrice Générale et je gère le projet depuis qu’il est dans l’oeuf. Cette même année 2013, j'ai participé aux ateliers du 100, un établissement parisien social et solidaire qui m'a donné les bases juridiques, comptables et communicationnelles pour gérer une asso ou un collectif. Et j'ai pris pour la première fois plaisir à faire un prévisionnel. (si si!) Depuis, je me suis formé au marketing digital, à wordpress, au copywriting. J'adapte mes connaissances pour aider les artistes et réconcilier néophytes et amateurs avec les arts contemporains.
Olivier Marguet, 2018. Résidence artistique pour la création d'un vitrail contemporain.

Olivier Marguet

Vitrailliste

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts. Separated they live in Bookmarksgrove right at the coast of the Semantics, a large language ocean. A small river named Duden flows by their place and supplies it with the necessary regelialia. It is a paradisematic country, in which roasted parts of sentences fly into your mouth.
Nathalie reba, plasticienne

Nathalie Reba

Plasticienne

Kaléidosco, c'est l'histoire de 5 artistes aux parcours différents qui se regroupent en 2014 autours de leur passion commune : le verre.
Alexandre paillard; conception de structure pour oeuvres artistiques monumentales.

Alexandre Paillard

Conception structure bois

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts. Separated they live in Bookmarksgrove right at the coast of the Semantics, a large language ocean. A small river named Duden flows by their place and supplies it with the necessary regelialia. It is a paradisematic country, in which roasted parts of sentences fly into your mouth.
Emilie Gannereau doreuse, formatrice chez Pigeons et hirondelles. Ateliers pour artistes et créateurs

Emilie Gannereau

Doreuse

A la sortie du lycée, j'ai la chance d'intégrer une grande école de photographie. Enfin, la chance, mais surtout l'argent que mes parents acceptent de mettre dans cette formation.
Deux ans plus tard et un diplôme en poche (non reconnu), je me retrouve face à une réalité professionnelle qui me dépasse.
Je souhaite devenir assistante photographe, mais voilà! Des postes sous-payés, humiliants parfois, et un manque de réseau ; autant d'obstacles qui me paraissent insurmontables.

C'est pourquoi je m'éloigne de ce que je pense être mes artisteries. La réalité économique me fait accepter un poste de vendeuse dans les appareils photos, puis dans la téléphonie mobile.
Je m'enfonce petit à petit dans une routine insatisfaisante et monotone.

Heureusement, le soir du 1er mai 2008, je me fais gazer en bas de mon immeuble par deux voyous. A l'époque, j'habitais dans Belleville. Cet épisode qui aurait pu rester traumatique a été pour moi le déclencheur d'un changement.
Je décide de tout plaquer et de partir deux ans vadrouiller en Australie. Je deviens fruit-picker, comme on dit là bas, et ma vie se transforme en une longue période de vacances où je ramasse des fruits pour être logée et voyager.
A mon retour pourtant, survient la douche froide. En 2012, on me découvre une maladie qui m'oblige à être opérée.
Je reprends un emploi dans le commerce. Je travaille sur cette petite île de Paris, si connue des touristes.
Je vis mon quotidien au jour le jour entre travail et soins.

C'est en regardant un reportage télé en 2015, (j'ai un peu honte de le dire, mais qui n'a jamais regardé la télé me jette la première pierre ) que je découvre les métiers de la dorure. Moi qui m'étais jurée de ne pas revivre mon échec de la décennie passée, je suis happée par le charme de l'or. Me voilà partie dans cette nouvelle aventure. Formation... démission... création d'entreprise ... Me voici doreuse.

Est- ce que ma vie me plaît aujourd'hui? Ohh que oui!!

Est ce que j'aurais aimé connaître la dorure avant? Oh que non!!

L'échec que j'ai vécu à la sortie du lycée est en grande partie le fruit de mon manque de maturité.
Une école d'art, quelle qu'elle soit, est régie par des règles qui sont rarement explicites, et particulièrement pour les jeunes artistes.

C'est pourquoi chez Pigeons et hirondelles, nous partageons nos expériences (surtout les mauvaises).
Cela aide les créateurs à profiter de ce que l'école (des beaux arts.. de la vie, etc...) apporte de bon! 🙂